Hypnose et douleurs

Fibromyalgie et Fatigue chronique

Ludovic Louissaint

 

Ce qui suit est une découverte personnelle de Steven Blake ainsi que ses propres pensées, sentiments et expériences. Il n’a pas de formation médicale et n’offre pas de conseils médicaux : Si vous souffrez d’une fatigue chronique ou d’une maladie liée à la douleur, voici ses réflexions personnelles sur la façon dont vous pourriez vous aider à vous en débarrasser. Veuillez-vous assurer que le diagnostic ou le traitement est effectué sous la supervision d’un professionnel de la santé dûment qualifié.

Les personnes atteintes de fibromyalgie et/ou de fatigue chronique partagent toutes les mêmes caractéristiques, à savoir qu’elles sont l’extrême opposé de la paresse ! En fait, leurs modes de vie, à mon avis, à la base de toutes leurs conditions.

Voici donc ma théorie, et pour dissiper tout doute, je dirai d’emblée que les personnes souffrant de fatigue et de douleurs chroniques ne sont ni paresseuses ni “folles”. En fait, malgré les différents symptômes et niveaux d’incapacité de toutes les personnes touchées, vous êtes unis par une seule chose : votre histoire de la façon dont cela a commencé et a progressé. Chacun d’entre vous s’est régulièrement poussé au maximum de ses capacités physiques ou mentales voir ou les deux. Vous êtes exactement le contraire de quelqu’un de paresseux, d’où votre frustration compréhensible et votre sensibilité/irritabilité face aux gens qui pensent que vous l’êtes ou que vous provoquez ces symptômes. Ce sont des témoignages et l’expérience de Steve Blake dans la thérapie de diverses maladies liées à la douleur physique et émotionnelle par le biais de thérapies par la parole qui l’ont amené à découvrir la façon dont je pense que la maladie a commencé et donc mon intérêt à savoir comment aider une personne à se rétablir. J’ai maintenant été en contact avec de nombreuses personnes qui étudient ces maladies et qui ont toutes des théories très similaires et maintenant l’Association nationale de fibromyalgie semble être dans la même direction (plus de détails ci-dessous).

 

psychologue mons

Voyez si vous vous reconnaissez dans cette histoire

Vous êtes probablement une personne très motivée et vous avez toujours repoussé vos limites, mentalement et physiquement, souvent plus que votre corps ne pouvait supporter, généralement en vous souciant davantage des autres que de vous occuper de vous-même.

La maladie commence avec un ou plusieurs des événements suivants : une infection virale, une maladie grave (autre), la vaccination, un stress grave ou un accident/incident traumatique (le déclencheur), etc. Plusieurs semaines plus tard, lorsque vous prévoyez que vous vous sentirez mieux, vous avez maintenant la maladie qui vous donne les symptômes de fatigue chronique et de douleur. Cela continue pendant de nombreuses années, si ce n’est pour la vie, tandis que vous devenez de plus en plus frustré par le manque de diagnostic, de réponses ou de remèdes. Vous pouvez même accumuler plus de complications à mesure que votre système immunitaire se surcharge. À un moment donné, vous vous sentirez si faible pendant si longtemps que votre voix intérieure continuera à répéter une phrase qui reflète la terrible pensée que vous n’arriverez jamais à récupérer. Comme vous avez rarement l’air mal en point, vous devez non seulement vous sentir très malade, mais aussi convaincre les autres que vous l’êtes. Leurs commentaires sont loin d’être utiles et sont en totale opposition avec la personne motivée que vous connaissez. Cela augmente la pression et poursuit la spirale descendante. Parfois, vous pouvez avoir la chance de vous sentir un peu mieux, mais en cherchant à rattraper le temps perdu, vous découvrirez que c’est la fatigue et la douleur qui vous rattrapent !

J’ai vérifié cette histoire sur de nombreux forums sur la fatigue chronique et la fibromyalgie et je n’ai encore trouvé personne qui ne se reconnaisse pas dans cette histoire. Le fait que deux personnes n’aient pas les mêmes symptômes ou le même degré de douleurs est en lien avec le pourquoi aucun remède n’a été trouvé jusqu’à présent et pourquoi les compagnies pharmaceutiques n’investiront pas dans la recherche. Cependant, c’est l’absence des mêmes symptômes et le fait que seules les histoires correspondent qui m’ont mené à ma conclusion.

Pourquoi ces douleurs ?

Nous avons tous un excellent mécanisme de survie qui est géré par la même partie de notre esprit qui contrôle toutes fonctions corporelles. Je crois que pour vous protéger dans une situation de surcharge grave, il vous enferme. Il ne s’agit pas seulement d’un interrupteur de sécurité, mais d’un dispositif qui VOUS arrête complètement. Cela assure votre immobilité et diminue même votre capacité mentale. Il s’agit de conserver l’énergie nécessaire pour se remettre d’un déclencheur initial et pour vous empêcher de faire d’autres dommages (de la même façon que les médecins mettent les gens dans le coma pour se remettre d’un traumatisme crânien). Il reste ainsi jusqu’à ce qu’il soit convaincu que vous ne continuerez pas dans la même “conduite”. Malheureusement, votre nature est “d’aller de l’avant” et plus vous combattez la maladie, plus cette partie de vous pense que vous avez besoin d’être immobilisé, d’où la raison pour laquelle cela dure des années ou vous ne vous rétablissez jamais !

La douleur et la fatigue sont des moyens naturels de vous arrêter, tout comme le cerveau embrumé et la vision trouble (donc vous ne pouvez même pas regarder la télévision). Votre mécanisme de survie n’aurait pas pu faire mieux pour vous, grâce à son mélange totalement unique de symptômes conçus spécialement pour vous arrêter ! Alors que c’était un bon moyen de vous protéger à l’époque, qui vous empêchait de subir de lourdes conséquences, c’est maintenant le bouclier protecteur sous lequel vous êtes cloué !

Ce n’est pas une coïncidence si plusieurs de vos symptômes seront semblables à ceux de maladies liées au stress telles que : problèmes intestinaux, fatigue, brouillard cérébral, changement de vision, problèmes auto-immuns et douleur non justifiée. C’est parce que vous êtes maintenant constamment dans un état de stress, étant dans une situation sur laquelle vous n’avez aucun contrôle.

La douleur est un message clair pour nous d’arrêter ce que nous faisons et de nous concentrer sur ce que le fait de « guérir ». Plus le dommage perçu est important, plus le niveau de douleur est élevé pour s’assurer que vous allez faire tout ce qui est nécessaire. Je suis arrivé à la conclusion que votre douleur va continuer tant qu’elle est perçue comme nécessaire par vos processus instinctifs. La douleur ne disparaîtra que lorsque vous vous sentirez en sécurité et que vous ne vous pousserez plus jusqu’à la limite. Vous ne pouvez pas combattre cette maladie, elle ne fera qu’empirer les choses !

Ludovic Louissaint

Vouloir y aller trop vite et trop fort

La meilleure analogie que je puisse faire, c’est que vous roulez à 100 km/h dans une zone de 50 km à l’heure. Mais vous y arrivez plus lentement que d’autres qui conduisent à 80 km/h parce que vous vous faites arrêter par la police à chaque arrêt pendant une demi-heure. Vous roulez ensuite à 120 km/h en essayant de rattraper votre retard et vous vous faites arrêter encore plus longtemps par la police qui peut même suspendre votre permis pour un certain temps. Vos poussées à 100 km/h et votre temps d’inactivité dans les aires de repos vous donnent une vitesse moyenne d’environ 10 km/h. Ainsi, vous pouvez décider de rouler à la vitesse de sécurité ou de continuer à ne pas apprendre de votre expérience et de continuer à faire face aux conséquences. C’est vraiment votre choix – 10 km/h de moyenne avec douleur et fatigue, ou 50 km/h de vitesse régulière confortable et sans interruptions.

Vous reconnaissez vous?

Si vous vous reconnaissez dans cette histoire et dans les descriptions précédentes sur les douleurs qui s’intensifient, j’ai une bonne nouvelle pour toi.

La bonne nouvelle

Cet « état protecteur » dans lequel vous vous trouvez ne peut continuer que s’il pense qu’il fait ce qui est bon pour vous. Vous pouvez entrer en contact avec cette partie de votre esprit et négocier avec elle. Vous ne pouvez cependant pas lui mentir (il connaît vos pensées les plus profondes !). Vous ne vous rétablirez que lorsque vous accepterez une nouvelle façon d’être et d’agir. Vous devrez apprendre à lâcher prise, réaliser qu’il y a beaucoup de choses que vous ne pouvez pas contrôler, que les autres peuvent faire des choses à votre place, que vous ne pouvez pas tout diriger, que dire « NON » est une bonne chose, que votre vie doit venir en premier, etc. Vous ne pouvez pas essayer de tromper votre esprit et votre système nerveux, que vous ne pouvez pas lui faire croire que vous allez changer si vous ne le croyez pas.

Éteindre l’emprise de la maladie, c’est négocier avec son inconscient afin d’écouter son corps et de le respecter … Cependant, ce programme ne s’arrêtera pas pas si votre inconscient pense encore que c’est nécessaire à votre survie. Vous devez le convaincre que vous avez changé et si vous vous excitez et en faites trop lorsque vous commencez à récupérer, la douleur et la fatigue reviendront rapidement et vous handicaperont à nouveau ! Bref, pas de changement = pas de changement ! Ce sont mes opinions personnelles et vous pouvez m’en donner les vôtres. J’apprécie vos commentaires positifs et utiles pour une meilleure compréhension de ces maladies limitantes.

Prendre rendez-vous n’a jamais été aussi simple

w

Par téléphone ou sms

N’hésitez pas à nous contacter par téléphone ou sms pour discuter de votre situation ou directement pour prendre rendez-vous.

Prise de rendez-vous en ligne

Il est possible de prendre rendez-vous directement via l’agenda en ligne (uniquement pour Ludovic Louissaint)

Des questions ?

Vous avez encore des questions ? Ou vous souhaitez simplement prendre rendez-vous ? N’hésitez pas à m’appeler ou à nous envoyer un email, nous vous répondrons dans les plus brefs délais.