Venez découvrir l’hypnose à Mons avec nos psychologues et hypnothérapeutes

Qu’est-ce que l’hypnose ?

Le terme « hypnose » existe depuis l’Antiquité. Au fil des temps, ce terme a désigné diverses pratiques ou états de conscience, au point qu’aujourd’hui, il semble confus. Beaucoup de gens ont une vision réductrice de l’hypnose, parce qu’ils ont en mémoire l’un ou l’autre épisode caricatural vu dans un film ou sur une scène de spectacle. L’hypnose est en réalité un état modifié de conscience, tout simplement.

L’hypnose est un outil que le psychologue clinicien propose afin de guider la personne dans sa démarche thérapeutique.

​L’hypnose est un état très intense de concentration et d’absorption intérieure.

C’est un état naturel que tout le monde traverse plusieurs fois par jour, que ce soit lorsque nous sommes dans la lune, lorsque nous faisons des choses automatiquement sans y réfléchir (comme conduire sans réfléchir au chemin à prendre), etc.

L’état de transe hypnotique est un état où la personne en état hypnose est amenée à vivre une sorte de rêve éveillé où le thérapeute guide le/la patient(e) là où il/elle veut aller. Dans un état de transe hypnotique, la personne est en harmonie avec toutes les parties d’elle-même (conscient, subconscient, etc.).

Grâce à l’hypnose, la personne vit une expérience intérieure où chacune des parties de l’esprit peut s’exprimer en toute sécurité, et amener la ou les solutions de lui-même.

Un état naturel ?

​En fait, comme dit précédemment, la transe hypnotique est un état naturel. Nous sommes en quelque sorte toujours dans une forme de transe. La seule différence avec la transe hypnotique est que celle-ci est guidée par quelqu’un d’autre. Mais il est tout à fait possible d’atteindre une profondeur de transe hypnotique par d’autres moyens comme la relaxation, la méditation, etc.

​Nous sommes donc amenés à vivre différentes formes transes tout au long de la journée. Par exemple, lorsque nous sommes en train de lire un livre et qu’il nous est possible d’imaginer le décor avec une certaine précision ; quand nous pratiquons le tennis et que nous manions la raquette habilement tout en nous déplaçant, en regardant la balle et en surveillant du coin de l’œil les déplacements de notre adversaire ; quand nous conduisons et que nous sommes arrivés à destination sans porter attention au chemin que nous avons parcouru, ou encore lorsque nous pratiquons une activité où nous sommes concentrés sur quelque chose comme du cyclisme, jogging, etc.

Utilisations de l’hypnose :

L’hypnose peut être utilisée pour traiter une variété de situations comme:

  • La confiance en soi
  • Les phobies
  • Les difficultés émotionnelles
  • Les traumatismes
  • L’arrêt du tabac
  • L’arrêt de l’alcool
  • Maigrir avec l’hypnose
  • La gestion des douleurs aiguës ou chroniques

Voici des exemples d’utilisation de l’hypnose

Perdre du poids par hypnose

Perdre du poids par hypnose

Fibromyalgie et douleurs chroniques

Douleur chronique

Nous vous invitons à lire la description qui suit ou à regarder la vidéo suivante pour comprendre ce qu’est l’hypnose et bien faire le tri entre toutes les informations qui existent.

Qu'est-ce que l'hypnose ?
Lire cette vidéo sur YouTube.

Définition de l’hypnose

Pour expliquer brièvement, la transe hypnotique est un état naturel qui permet le contournement du facteur critique de l’esprit conscient (expliqué ci-dessous) dans le but d’utiliser les facultés créatives de la personne et notamment pour effectuer des changements. Ce qui induit ce qu’on appelle communément « un état modifié de conscience« .

Afin de bien comprendre tout ça, il est important de comprendre le fonctionnement de notre esprit. Par souci de représentation, nous distinguerons trois « parties gérant notre esprit (notre conscient, subconscient et inconscient).

L’inconscient

Commençons par définir l’inconscient qui est la partie la plus facilement définissable. L’esprit inconscient contrôle principalement la force du système immunitaire et la régulation des fonctions physiologiques (battements de cœurs, clignements des paupières, etc.)

 

Le conscient

L’esprit conscient est la partie qui est la plus souvent présente. Il fait principalement quatre choses.

  • L’analyse : Sa première fonction est l’analyse. C’est la partie qui traite les données d’un problème, qui trouve un moyen de le résoudre après un temps de réflexion. IL PREND des centaines de décisions chaque jour, puisque c’est avec notre esprit conscient que nous décidons d’ouvrir une porte, de marcher vers la voiture et tout le schéma d’action mental que ça implique ( lever la main ou le pied, balayer la rue du regard, actionner la poignée, tirer vers soi…).

  • La rationalisation :

La deuxième fonction de notre esprit conscient est la fonction rationnelle de notre esprit. C’est cette partie qui cherche du sens à tout ce que nous faisons et qui peutnaturellement nous causer quelques problèmes de temps en temps, lorsque nous ne saisissons pas le sens de nos actes (généralement des actes que nous faisons par habitude, par éducation, ou par crainte de ce qui pourrait arriver…).  C’est d’ailleurs à ce moment que nous devenons généralement anxieux, nerveux ou que nous nous sentons frustrés. Le problème avec cette fonction rationnelle de notre esprit conscient, c’est que, souvent la raison consciente n’est pas nécessairement la raison originelle, autrement la « vraie » raison.

Par exemple, avant qu’un jeune fumeur ne développe son comportement addictif par rapport à la cigarette, il a probablement entendu d’autres jeunes ou adultes dire « je fume parce que ça me calme, ça me relaxe ». Or, généralement la raison qui pousse le fumeur à fumer est vraissemblablement à cause de son besoin de sécurité. Dans cet exemple, le jeune fumeur veut appartenir à un groupe. La sécurité est l’un des besoins basiques de tout être humain.

Pourtant, nous devrions pouvoir trouver toute la sécurité dont nous avons besoin en grandissant dans une famille saine. Mais il arrive fréquemment que, durant cette période, nos parents ne nous paraissent plus aussi fiables, nous n’accordons plus de crédit à leurs conseils et donc nous nous coupons de la sécurité qu’ils représentent pour aller en chercher une autre. Dans cet exemple, le subconscient joue alors son rôle de nous protéger contre les dangers (et ne pas faire partie d’un groupe est insécurisant, potentiellement dangereux). Il nous fait entrevoir que le groupe des fumeurs est une possible source de sécurité.

Et quand ça se produit, chaque fois que quelqu’un proposera une cigarette à ce jeune, il acceptera facilement et sentira qu’il fait partie d’un groupe, provoquant ainsi un fort sentiment d’appartenance et de sécurité. C’est généralement comme ça que les personnes commencent à fumer. Cela n’a rien à voir avec le fait d’être calme ou relaxé. Le fait d’être calme et relaxé, c’est la raison que notre esprit conscient nous donne, mais qui est souvent incorrecte, car cette rationalisation est très éloignée de la motivation originelle subconsciente.

  • La volonté : La troisième fonction de notre esprit conscient est notre volonté. C’est la partie de nous qui nous aide à mettre en place des changements, tout simplement parce que nous en avons envie. La volonté peut avoir des origines intrinsèques (liées à la personne elle-même) ou extrinsèques (liées à des motivations extérieures comme faire plaisir à nos parents, par exemple).

  • La mémoire de travail : La quatrième et dernière fonction de notre esprit est-ce que nous appelons la mémoire de travail, c’est la mémoire que nous utilisons tous les jours.

 

Le subconscient

La partie profonde de notre être est appelée notre esprit subconscient. Notre subconscient est extrêmement puissant. Il peut mettre en place des changements importants et influencer notre perception du monde. Pour comprendre le fonctionnement de notre subconscient, faisons une analogique avec un ordinateur. De la même manière si vous posez une question à un ordinateur que vous venez de monter et d’installer sur votre bureau, il ne pourra pas vous répondre. Pour le simple fait qu’il n’est pas « programmé ». Un ordinateur ne peut fonctionner qu’avec la programmation et les programmes qui y sont installés. C’est un peu la manière que fonctionne notre esprit subconscient.

  • La première fonction de notre esprit subconscient est la gestion de notre mémoire à long terme (qui stocke toutes les informations visuelles, auditives, olfactives, etc.). Nous oublions parfois le chemin d’accès à ces données ce qui nous donne l’impression d’avoir oublié des informations, mais en état d’hypnose il est facile d’y accéder.

  • La seconde fonction de notre esprit subconscient est de gérer les habitudes et comportements. Nous avons de bonnes habitudes, de mauvaises habitudes et également, pour la plupart, des habitudes utilitaires. Des habitudes qui se sont mises en place de manière automatique pour répondre à des situations particulières. Par exemple, la réaction que nous allons avoir quand un téléphone sonne. Et notre esprit conscient quant à lui, va choisir le comportement adéquat à mettre en place en fonction de la situation.

  • La troisième fonction de notre esprit subconscient est la gestion des émotions. Notre esprit conscient ne peut pas gérer les émotions. Chaque fois que nous devons gérer une émotion, nous la gérons avec notre esprit subconscient ce qui nous pousse parfois à agir de manière irrationnelle et à nous demander « Pourquoi ai-je dit ça ? Pourquoi ai-je fait ça ? ».

  • La quatrième fonction de notre esprit subconscient est probablement la plus importante. C’est notre instinct de survie. Il a pour fonction de nous protéger contre des dangers réels OU imaginés. En effet, quelque chose qui est imaginé par l’esprit subconscient a autant de force et d’impact que s’il venait de se passer. Notre subconscient ne peut pas faire la différence entre la véracité et l’ampleur du danger et il doit donc nous protéger contre cette menace.

  • La dernière fonction de notre esprit subconscient est une fonction qui peut nous poser des problèmes dans certaines situations. Même si notre subconscient est extrêmement puissant, il est aussi la partie qui aime la stabilité et qui est résistante au changement. La plupart du temps, il n’aime pas le travail que nous avons à faire de provoquer un changement. Il aime la stabilité et notre zone de confort (ou d’inconfort). Et les suggestions positives sont une des choses les plus difficiles à faire rentrer dans notre esprit subconscient dans un cadre thérapeutique. En d’autres mots, les suggestions négatives rentreront d’autant plus profondément si d’anciennes suggestions négatives ont été préalablement acceptées. (Remarque : le processus fonctionne inversement si les suggestions présentes dans notre esprit sont des suggestions positives, dès lors il sera aisé de faire passer des suggestions positives).

Le facteur critique

Maintenant, posons-nous la question « comment faire pour suggérer quelque chose à notre esprit ? ». Par exemple, prenons une décision consciente comme le fait d’arrêter de fumer. Nous prenons cette décision avec toutes les bonnes raisons conscientes de maintenir ce comportement (une meilleure santé, etc.). Et nous commençons par envoyer l’idée vers l’esprit subconscient, mais il y a un problème. Il y a une autre partie de notre esprit dont nous n’avons pas volontairement discuté et qui est une sorte de filtre ou de sas qui protège notre esprit conscient et subconscient. Et donc d’une certaine manière que nous ne comprenons pas totalement aujourd’hui, il y a une partie que nous appelons le facteur critique.

C’est là que le psychothérapeute peut vous aider grâce à l’hypnose :

Ce qui caractérise l’état de transe hypnotique, c’est le passage de ce facteur critique, la désactivation de ce filtre. Lorsque nous sommes en transe, nous ne sommes pas endormis. Nous sommes même extrêmement alertes. Notre cerveau fonctionne d’ailleurs trois à quatre fois plus.

Au travers de l’hypnose, en passant au travers du facteur critique, la personne peut faire entendre sa volonté (je veux arrêter de fumer) au subconscient qui l’accueillera avec moins de résistance. Grâce à l’hypnose, il est possible de faire passer un message, une intention, une volonté de changement à tous les niveaux de son esprit (conscient, inconscient, subconscient) pour que ceux-ci s’harmonisent.  Les suggestions négatives antérieures peuvent aussi être retravaillées, évacuées, pour laisser place à de nouvelles suggestions positives. Les émotions et leurs manifestations (douleurs, tensions, crispations…) peuvent aussi être entendues, libérées et apaisées. Toutefois, il est très important de savoir qu’on ne pourra jamais vous inciter ou vous forcer à quoi que ce soit qui soit à l’encontre de votre volonté, car, comme expliqué plus haut, durant l’état de transe hypnotique, la personne reste toujours consciente et en état de vigilance.


hypnose

Est-ce que ça fonctionne ?

Pour caricaturer les choses, nous avons quatre attitudes mentales que nous pouvons adopter.

  • La première serait de penser quelque chose comme « j’aime bien cette suggestion et je sais que ça va marcher ! ». Cette attitude mentale au niveau conscient permet à cette suggestion de passer au niveau subconscient et de permettre aux changements de commencer.

Nous avons également trois autres choix.

  • Une seconde attitude  serait de ne pas aimer cette suggestion, de sentir que ça va à l’encontre de notre système de morale de croyance ou simplement qu’elle est juste un peu inconfortable pour nous. Si cette suggestions nous semble, ne fusse qu’un peu inconfortable, et ce quel qu’en soit la raison, elle est automatiquement bloquée par le facteur critique, elle n’est donc pas autorisée à rentrer et il n’y a pas de changement.

  • Une troisième attitude serait une neutralité par rapport à la suggestion. De se dire que ça ne nous fait ni chauds ni froids. C’est un peu comme si cette suggestion n’avait pas de sens et notre facteur critique va automatiquement bloquer cette suggestion.

  • ​La quatrième et dernière attitude mentale est celle qui cause le plus de problèmes en thérapie par hypnose.

C’est un peu comme si quand nous entendons une suggestion, nous nous disons « j’aime cette suggestion et j’espère que ça va marcher ». L’espoir renvoie la notion d’essai qui peut laisser une porte ouverte à l’échec.

 

En résumé, la seule attitude qui permet à une suggestion de rentrer dans le subconscient est de se dire « j’aime cette suggestion et je sais que ça va marcher ». En d’autres mots, de ne pas remettre en question ou ne pas questionner les suggestions données.

Il nous paraît important de soulever que d’une certaine manière, il n’y a pas vraiment « d’hypnose ». On n’hypnotise personne, il n’y a pas d’influence d’une personne sur une autre. Seule la personne qui en état de transe hypnotique peut autoriser que ça se produise et peut autoriser que les changements soient faits. L’hypnose nécessite consentement total où « l’hypnotiseur » n’est qu’un guide, une sorte de GPS ou de copilote qui indique le chemin à suivre. Mais si la personne qui est aux commandes ne veut pas suivre ce chemin, vu que c’est elle qui a le contrôle total, il n’y aura aucun changement. Si la personne n’a pas envie de suivre ce chemin vers cet état d’hypnose, ça ne fonctionnera pas. Seule la personne peut autoriser que ça se produise.

Si ce n’était pas le cas, nous utiliserions des techniques d’hypnose forcée (si elles existaient) et il y aurait un taux de réussite de 100 %. La réussite et d’échec ne dépende que du partenaire, c’est une question de 50 % – 50 %. Si le patient n’est pas prêt à faire 50 % du travail, le thérapeute ne peut faire que 50 % et pas plus.

Et l’hypnose de spectacle dans tout ça ?

Surtout depuis ces dernières décennies avec l’ascension de Messmer (Éric Normandin de son vrai nom) à ne pas confondre avec Franz Anton Mesmer (1734 – 1815) qui est en quelque sorte le précurseur de l’hypnose thérapeutique. Après avoir lu tout ceci, nous pourrions quand même nous demander « oui, mais qu’en est-il vraiment de l’hypnose ? Car j’ai vu ceci, et cela à la TV ». En effet, en ce qui concerne l’hypnose de spectacle, les « hypnotiseurs » induisent qu’ils ont un pouvoir particulier sur les gens. D’une certaine manière, pour les personnes qui y sont réceptives, cela peut provoquer moins de résistance.

Nous pouvons nous poser tout un tas de questions quand nous voyons en hypnose de spectacle des gens aboyer comme des chiens ou faire la poule. Mais quand un hypnotiseur se produit sur scène, il y a tout un cadre qui s’installe. Il y a des publicités, il y a la réputation qui s’installe ainsi que les attentes commencent à se créer. Les gens qui vont voir ce spectacle vont s’attendre à voir des choses particulières et seront probablement volontaires pour ce spectacle. Lorsque Messmer fait un spectacle devant 3000 personnes, il commence à faire des inductions simples et va commencer à filtrer les gens qui sont réceptifs. C’est-à-dire que sur les 3000 personnes, il n’y en a peut-être 2000 qui seront volontaires pour tester cette première induction et sur ces 2000, il n’y en a peut-être 500 qui seront réceptifs à cette première induction. Il va ensuite continuer d’approfondir avec d’autres inductions et va filtrer encore 100 personnes et va se retrouver finalement avec les 20 personnes les plus réceptives dans cette salle de 3000 personnes.

Il ne faut pas oublier que tout le monde n’est pas « réceptif » à ce genre d’inductions, mais pour les personnes réceptives vu qu’il induit qu’il avait un pouvoir particulier, elles vont se laisser plus facilement aller dans ce rêve éveillé qu’il propose. De plus, ces personnes vont se laisser aller, car vu qu’ils sont sous le « pouvoir » de l’hypnotiseur, ce n’est pas de leur faute s’ils font des choses ridicules et ils peuvent ainsi en profiter et se sentir merveilleusement bien. Car ne l’oublions pas, en hypnose de spectacle on induit continuellement que les personnes intelligentes sont plus réceptives à l’hypnose (ce qui induit que si une personne résiste, elle ne réagit pas et donc n’est peut-être pas intelligente). Ainsi que de suggérer que toutes les personnes seront merveilleusement bien et que plus elles participent et plus elles sont merveilleusement bien.

Cependant, le cadre de transe est très important. Si Messmer devait faire un spectacle en hypnose de rue ou dans une toute petite salle sans publicité, ne pourrait pas faire tout ce qu’il peut faire à la télévision ou en gros spectacle avec toute son équipe. C’est également pour ça que l’hypnose dans le domaine thérapeutique est très différente, car le cadre est différent. Si en thérapie vous demandez à quelqu’un de faire la poule, il y a de fortes chances que ça ne fonctionne pas (et que le patient se plaigne et ne revient plus). Ainsi, le conditionnement qui est mis en place en spectacle ne sera plus effectif lorsque la personne quittera cette salle. Même si, lors du spectacle la personne réagit à une musique particulière, lorsqu’elle quittera cette salle, elle changera de cadre et le conditionnement ne fonctionnera plus.

Ce que l’hypnose n’est pas

La tendance des médias, du cinéma et de la littérature à privilégier le sensationnel, est à l’origine de nombreux malentendus et idées fausses sur l’hypnose. D’ailleurs certains hypnotiseurs de spectacle ou médias vont vous présenter l’hypnose comme un pouvoir magique ou du magnétisme ou autre force de l’esprit mais il n’en est rien.

 Voici un petit résumé de quelques idées préconçues sur l’hypnose :

  • Contrôle de l’esprit

L’une des idées fausses les plus répandues sur l’hypnose est qu’il s’agit d’une forme de contrôle de l’esprit. Rien n’est plus éloigné de la vérité. Vous n’abandonnez pas votre volonté quand vous êtes sous hypnose et l’hypnothérapeute n’exerce pas de « pouvoir » à proprement parler.

En fait, l’hypnose est un processus de collaboration. Vous devez rester impliqué à tout moment et suivre les indications. C’est un peu comme suivre les indications d’un guide qui vous montre le chemin. Si vous ne voulez pas le suivre, vous êtes libre de changer de chemin et/ou de destination.

De plus, personne ne fait rien sous hypnose qui pourrait violer ses convictions ou ses valeurs personnelles. Si jamais on vous suggérait quelque chose qui irait à l’encontre de votre code moral, vous pourriez ouvrir les yeux et seriez tout à fait libre de partir.  Comme évoqué précédemment, la transe hypnotique est assimilable à un rêve. Et comme dans un rêve, si la charge émotionnelle devient trop importante, vous vous réveillez (comme en plein milieu d’un cauchemar). C’est aussi simple que cela.

  • Sommeil

L’hypnose est aussi très différente du sommeil. Vous ne perdez pas conscience et vous restez alerte durant tout le processus. Vous aurez même une conscience plus aiguë de certaines choses dans votre environnement, comme par exemple, le tic-tac d’une horloge ou le bruit des battements de votre cœur. 

Certains clients sont tellement à l’aise pendant le processus hypnotique qu’ils s’endorment quelques minutes. C’est surtout vrai lorsqu’ils ont eu une longue journée difficile et veulent s’éloigner du monde pendant un moment. Si cela arrive, vous vous réveillerez après quelques instants, totalement rafraîchi et alerte. Il est juste important de signaler que si cela se produit, rien ne pourra vous influencer à ce moment-là. Quand on dort, on dort, et le processus hypnotique s’arrête.

  • En hypnose, on n’entend rien

Voilà qui m’amène à un autre point important. En hypnose, vous entendrez et vous serez conscient de tout ce que le thérapeute vous dit. Vous pourrez, par la suite, vous rappeler certaines choses plutôt que d’autres.  Afin de pouvoir suivre le chemin, il est crucial de pouvoir entendre les directions à prendre.

  • Révéler des secrets

Par ailleurs, les gens ne révèlent pas leurs secrets les plus noirs sous hypnose. Cette idée a été totalement créée par les films, les livres de fiction et les rumeurs. Sous hypnose, vous travaillez avec des niveaux de conscience profonds, dont la responsabilité principale est de vous protéger. Cela signifie que vous gardez « sous clé » tout ce que vous ne voulez pas que les autres sachent.

D’autant plus, si c’était le cas, l’hypnose serait très utilisée dans le domaine judiciaire. En effet, imaginez un médicament ou un moyen de forcer une personne à rentrer en état de transe hypnotique, il serait alors excessivement simple de résoudre des enquêtes criminelles. Mais ce n’est pas le cas, comme dit précédemment, en état d’hypnose la personne est 3 à 4 fois plus consciente de ce qui se passe, ce qui fait aussi qu’elle a plus de possibilités de contrôler ce qu’elle dit ou non.

  • Seuls les gens peu intelligents peuvent être hypnotisés ou seuls les gens réceptifs peuvent être hypnotisés

Il est également faux de croire que seules les personnes de peu d’intelligence pourraient être hypnotisées. Cette idée fausse est liée au préjugé selon lequel l’hypnothérapeute tente de prendre le contrôle sur votre esprit.

En réalité, excepté certains cas exceptionnels, n’importe quelle personne ayant un cerveau biologiquement fonctionnel peut être hypnotisée. L’hypnose est liée à la concentration et à l’attention, ainsi qu’à l’utilisation des pouvoirs de l’imagination pour créer des expériences et des mondes nouveaux à l’intérieur de nous-mêmes. Toute personne consciente peut donc entrer en état d’hypnose.

De la même manière que tout le monde est capable de rêver, tout le monde est capable de rentrer en état de transe.  Pour garder la même analogie avec le sommeil, il est vrai que certaines personnes ont plus de facilité que d’autres à s’endormir, mais tout le monde est néanmoins capable de le faire.

Un peu d’histoire

L’hypnose a été beaucoup utilisée en Europe au début du XIXe siècle. Le progrès en médecine et le développement des pratiques chirurgicales posaient un gros souci, celui des anesthésies. En effet, beaucoup de médecins ont recherché un moyen de diminuer le nombre de décès lors des opérations (la morphine et le chloroforme n’étaient pas encore utilisés). Beaucoup de médecins comme le docteur James Esdaile (article Wikipédia) se sont tournés vers l’hypnose afin de développer des méthodes d’anesthésies efficaces. (Remarque: l’hypnose était appelée mesmérisme à cette époque). La découverte du chloroforme a un peu plongé dans l’ombre cette technique qui était controversée (considérée comme une « parascience ») à l’époque et qui l’est probablement toujours un peu de nos jours.

Néanmoins, l’hypnose fut largement développée dans le domaine des thérapies et il existe d’ailleurs beaucoup d’orientations thérapeutiques différentes.

Remarque : La Belgique est cependant un pays pionnier dans l’utilisation de l’hypnose moderne dans les opérations. Notamment au CHU de Liège qui en a fait une de ses spécialités.

http://www.rtl.be/info/magazine/science-nature/la-belgique-a-la-pointe-en-matiere-d-hypnose-pourquoi-cette-technique-est-elle-seduisante--724772.aspx

D'autres questions ?

Pour plus d’informations, questions ou autre, contactez-nous, nous nous ferons un plaisir de vous répondre. Appelez-nous directement au 0475603541 ou via email.